Quelle respiration pour augmenter son feu digestif ?

AVERTISSEMENT: Les informations sur ce site n'ont pas pour but de prescrire la médecine. Ce site ne cherche ni à guérir, ni à soigner, ni à traiter, mais uniquement à présenter les solutions alternatives qui favorisent votre bien-être. Consultez donc obligatoirement votre médecin en matière de santé.



Le feu digestif, ou Agni comme il est appelé en Ayurveda, détermine notre capacité à digérer. Il se réfère à la digestion au sens propre, mais aussi à la capacité à accueillir et faire face aux événements auxquels nous sommes soumis.

Plus le feu digestif est intense, plus la facilité à digérer est grande, contribuant au mieux-être et à la sérénité. Comment utiliser la respiration pour augmenter son feu digestif ? Éléments de réponse.

Quelle respiration pour augmenter son feu digestif ?

L’intérêt d’un feu digestif fort

Le feu digestif joue un rôle essentiel dans la santé et la capacité de résilience d’un individu.

Ce feu interne a vocation à nettoyer l’être. Agni s’occupe de transformer les aliments ingérés.

Il fait en sorte que l’organisme soit en capacité d’une part d’en puiser les nutriments pour se maintenir en forme, trouver du tonus, de la vitalité et de quoi répondre à ses besoins quotidiens, d’autre part de rejeter facilement les déchets sous forme d’excréments.

Le feu digestif à son niveau optimal va extraire un maximum de nutriments pour produire de l’énergie et ne laisser que peu de déchets dans l’intestin.

Mais lorsqu’il vacille sous l’effet du stress, de la pollution, de l’alimentation inadaptée… Alors des troubles digestifs peuvent survenir, comme des ballonnements par exemple. Ce mal-être physique va se répercuter sur le psychisme.

Grâce à la respiration, il est possible d’augmenter son feu digestif pour retrouver l’apaisement.

La respiration du Feu pour améliorer sa digestion

Compte tenu de la localisation du feu digestif, le ventre doit naturellement être stimulé. Pour cela, il est une manière de respirer spécifique : la respiration du Feu.

La respiration du Feu doit se faire exclusivement par le nez. Elle consiste à gonfler son ventre au maximum lors de l’inspiration. À contrario, l’expiration doit permettre d’expulser le maximum d’air et venir appuyer le plus possible le ventre contre la colonne vertébrale.

Le rythme respiratoire est soutenu, avec des inspirations et des expirations d’une durée équivalente.

Positionner sa main sur son ventre aide à ressentir les mouvements de celui-ci. La main doit être repoussée vers le haut à l’inspiration et s’abaisser lors de l’expiration.

En position allongée, le mouvement sera le plus perceptible. Une fois la technique de respiration apprivoisée, la respiration du Feu pourra être pratiquée en position assise ou debout.

Ce mouvement est porteur de nombreux bienfaits. Il stimule les organes du ventre, le système digestif, délivre le diaphragme, apaise l’organisme, dénoue les tensions, renforce les capacités pulmonaires, et il génère de la chaleur corporelle.

Celle-ci augmente le feu digestif et l’entretient.

Respirer mieux pour garder un feu digestif puissant

La respiration du Feu peut être pratiquée régulièrement, et même quotidiennement. Cela permet de s’octroyer un moment de calme, liant l’utile à l’agréable.

À force de pratique, respirer en mobilisant le ventre devient un réflexe. Le feu digestif est alors entretenu et gardé à son meilleur niveau.

Le feu digestif demande à être réglé et entretenu régulièrement. La technique de respiration du Feu, en luttant contre le stress et en favorisant le transit, apporte le bien-être du corps et de l’esprit, avec un feu digestif à son meilleur niveau.


Lisez aussi:

Que manger quand on a mal au ventre (diarrhées)?

Quel remède contre les ballonnements du ventre?